Valerio Mastandrea, Bérénice Bejo, Guido Caprino, Nicolò Cabras, Dario Dal Pero, Barbara Ronchi, Emmanuelle Devos

Pressbook - Fai bei sogni

FAIS DE BEAUX RÊVES

À neuf ans, Massimo perd soudainement sa mère, décédée d’un infarctus. C’est du moins ce que l’on dit dans sa famille, qui tente de le tenir à l’écart du drame. Après une enfance solitaire et une adolescence difficile, Massimo devient un journaliste reconnu. Mais il vit toujours avec le souvenir déchirant de sa mère, dont la disparition soudaine est nimbée d’une aura de mystère. Il finira par faire la lumière sur ce qu’il s’est vraiment passé et découvrira la vérité.

Le réalisateur

 

Marco Bellocchio passe toute sa scolarité dans des instituts religieux, puis s’inscrit à la faculté de philosophie de l’Université catholique de Milan. En 1959, il s’inscrit au Centro Sperimentale di Cinematografia. Après avoir fréquenté les cours de cinéma de la Slade School of Fine Arts de Londres, il fait ses débuts en 1965 au Festival du film de Venise avec Les Poings dans les poches, une œuvre traitant de l’effritement progressif des valeurs sur lesquelles se fonde la famille. Il se rapproche pendant les années suivantes du cinéma militant : son anticonformisme s’exprime dans des films tels que La Chine est proche (1967) et Au nom du père (1971). Les films Viol en première page (1972), sur le monde du journalisme, et Fous à délier (1975), sur les asiles italiens, écrit avec Silvano Agosti, Sandro Petraglia et Stefano Rulli, connaissent moins de succès. Après La Marche triomphale (1976), sur le milieu des casernes et du service militaire, Marco Bellocchio s’occupe de téléfilms, comme La Mouette de Tchekhov (1977), et de l’enquête collective La macchina cinema (1978). En 1982, il réalise Les Yeux, la bouche, puis Henri IV, le roi fou (1984) et Le Diable au corps (1986), libre interprétation du roman du même nom de Raymond Radyguet. Après Autour du désir (1991), il remporte l’Ours d’Argent au Festival de Berlin de 1994 avec Le Rêve de papillon. En 1999, il réalise La Nourrice, qui remporte le David di Donatello pour les costumes et quatre Ciak d’Oro pour le meilleur second rôle féminin, la photographie, la mise en scène et les costumes. En 2003, il écrit et réalise Buongiorno, notte, présenté au 60e Festival du film de Venise. Lors de ce festival, Marco Bellocchio reçoit le prix de la mise en scène, récompensant une remarquable contribution artistique individuelle. Il réalise le film Le Metteur en scène de mariages (2005), avec Sergio Castellitto et Donatella Finocchiaro, et Sorelle (2006), présenté à la 1re édition du Festival du film de Rome dans la section «Extra». Parmi ses derniers films, citons Vincere (2009), Sorelle mai (2011), La Belle endormie (2012), Sangue del mio sangue (2016).

Torna su